Launching the Odyssey of the Black Kingdom, le Royaume Noir

The Wisemen Council was created in 2009 in Montreal, QEC, in response to a need for a Project Management Consultant with transversal skills. The positioning gradually evolved cumulatively towards the support of ethnic entrepreneurs with the composition of the Doctrine of political economy of the Ka Method in 2012 for the diaspora in the West, then towards international development through the empowerment of informal entrepreneurs leading in 2018 to a Schism of our Consulting Firm and Think Tank with arbitrary policies of various capacity building and the application of a model of feminism contrary to traditional and mystical local values against a privileged and pressing access to resources Southern countries. Barter considered unjust in terms of training and cooperation which we want to substitute for Models of Organization Viable for Entrepreneurship Settling (MOVES) and Shared Vision Partnerships (SVP). In 2020, the civil rights of Economic Actors and Community Leaders of our target populations (Perfora: Ritual people Islamologist and Ancestrologist; Diaspora: Virtual Allophone people; Fraternia: South America, Sub-Saharan Africa, South Asia) are threatened by Stress ( danger), Manipulation (debt) and Doubt (data) with a new type of Great Anguish on Health paving the way for the virtualization of World Finance. So we have chosen to launch ourselves with the weapons, the souls and the manes at our disposal to work towards the manifestation of our Vision of the Market Economy: “Make the informal economy a quality alternative to the Liberal System for the advent of Economy in Religion and Ecology in Spirituality by replacing Man within the Heart with individual Philosophies around a Faith of Simplicity, all for the Socioeconomic Sovereignty of the Homes of the South, West and their Sympathizers ”. It is for this purpose that we propose to support in Strategy (Competition), projects and initiatives for better performance and adaptation to Ecosystems in the context of the rise back of Black Civilization around the World. You are invited to join us in this challenge according to your interests because we are scanning a wide range of Synergy (Concurrent) possibilities through products, services and routines. In God our Trust.

Lancement de l’Odyssée de The Black Kingdom, le Royaume Noir

The Wisemen Council a été créée en 2009 à Montréal, QEC, en réponse à un besoin de Consultant en Gestion de projets à compétence transversales. Le positionnement a progressivement évolué de façon cumulative vers l’accompagnement d’entrepreneurs ethniques avec la composition de la Doctrine d’économie politique de la Méthode Ka en 2012 pour les diaspora à l’Ouest, puis vers le développement international par l’autonomisation des entrepreneurs informels aboutissant en 2018 à un Schisme de notre Firme de Consultation et Think Tank avec les politiques arbitraires de renforcement de capacités diverses et l’application d’un modèle de féminisme contraire aux valeurs traditionnelles et mystiques locales contre un accès privilégié et pressant aux ressources des Pays du Sud. Des trocs jugés iniques en matière de formation et de coopération auxquels nous voulons substituer des Modes d’Organisation de Vie Entrepreneuriale Simple (MOVES) et des Partenariats de Vision Commune (PVC). En 2020, les droits civiques des Acteurs économiques et Leaders communautaires de nos populations cibles (Perfora: Peuple rituel Islamologue et Ancestrologue; Diaspora: Peuple virtuel Allophone; Fraternia: Amérique du Sud, Afrique Subsaharienne, Asie du Sud) sont menacés par le Stress (danger), la Manipulation (dette) et le Doute (données) avec un nouveau type de Grande Angoisse sur la Santé ouvrant la voie à la virtualisation de la Finance mondiale. Aussi nous avons choisi de nous lancer avec les armes, les âmes et les mânes à notre disposition pour œuvrer à la manifestation de notre Vision de l’Économie de Marché : « Faire de l’économie Informelle une alternative de Qualité au Système Libéral pour l’avènement de l’Économie en Religion et de l’Écologie en Spiritualité en y replaçant l’Homme au Cœur avec des Philosophies individuelles autour d’un Foi de Simplicité, le tout pour la Souveraineté socioéconomique des Foyers du Sud, de l’Ouest et de leurs Sympathisants  ». C’est à cette fin que nous nous proposons d’accompagner en Stratégie (Concurrence), des projets et initiatives pour une meilleure performance et adaptation aux Écosystèmes dans le cadre du nouvel essor de la Civilisation Noire à travers le Monde. Vous êtes invités à vous joindre à nous dans ce défi selon vos centres d’intérêts car nous balayons un large éventail de possibilités de Synergie (Concourant) à travers produits, de services et de routines. En Dieu notre Confiance.

The Ka Method

Press Release

For immediate release

“The Ka Method: Modern socio-economic tales from an African Wiseman”

The major individual book work on identity and ethnic entrepreneurship is released

Montreal, November 15, 2018—Today marks the official release of “The Ka Method,” one of the most useful individual works of the moment. A body of knowledge on Community Economy and an Anthology of Renewal of Ethnic Attitude make up the collection. Since the beginning of research on economically driven migration and particularly on the phenomenon of ethnic entrepreneurship in the 1970s, only few documents have been written or intended for those most affected, let alone by one of them. This timely composition and analysis work conducted by Arnaud Segla, Project Management and Business Engineering Consultant, came right on purpose to fill the void. “The Ka Method” is a set of reference publications where one can find a number of practical answers to simple issues with intricate and critical consequences. The book compilation will be available on Amazon sites under #Arnaud Segla.
The body of knowledge in Community Economics developed by the Wisemen Council consulting firm and think tank is aligned with an editorial line that deals with economic development, ethnic identity and sustainable development. It targets both ethnic communities, diasporas, people in southern countries as well as their community leaders and economic actors. This is the first time that a lucid and informed look describes what these people experience and suggests solutions from their own endogenous philosophy: the informal way. The approach aims to reclaim economic sovereignty and ethnic pride that these people have been deprived of.

“A community is a group of individuals who share the same particular method of communication and relationship revolving around a cultural, economic or social attribute that defines them or to which they identify themselves with. The community economy aims at providing communities with tools and strategies, in the form of utilities, that will make them economically sustainable and to promote equitable interactions among them.” Defines author Arnaud Segla.

Anthology brings a revival in literary composition from the observations of a witness of our era who looks at the challenges of maintaining ethnic pride despite immigration conditions that are sometimes restrictive. In a world where religion has become taboo, it features both spiritual aspects and social role issues that confront some of the orthodoxy comfort.

More than 15 years of migration and maturation life are recorded in the flagship collection Le Cri de la Calebasse consisting of four books. The author uses the universal language of Love, Humour, Wisdom and Hope to constitute a legacy for future generations and provide sound arguments for or against the new rise of the black civilization throughout the world. These books written in a timeless language remain easy to read and accessible to all.

To download current work: https://www.amazon.com/author/arnaudsegla

About the Author:
Arnaud Segla M.Sc., M.Sc. Admin. CAPM. It is a Manager and Coach Consultant in Social, Ethnic, Informal and Digital Entrepreneurship. He coordinates and leads learning activities and helps several entrepreneurs achieve their business project objectives. Since 2009, Segla has been providing consulting services for ethnic and informal entrepreneurship projects as part of the economic and identity development of migrant workers. He welcomes all those of good will who can assist in realizing The Wisemen Council’s vision.

#Gonzowriting #EthnicEntrepreneursEthniques #KaMethod

Source: The Wisemen Council www.thewisemencouncil.com
Contact: Arnaud Segla
Benchmarks on the work: https://www.theleanintention.com/fr/reperes/

admin@thewisemencouncil.com

With the kind contribution of Traduction AS

La Méthode Ka

Communiqué
Pour diffusion immédiate

« Découvrons un Lion d’Afrique rugir et régir nos récits de classes: La Méthode Ka »

Lancement de la plus grande œuvre individuelle de livres sur l’identité et l’entrepreneuriat ethnique

Montréal, le 15 Novembre 2018 — C’est le lancement officiel de « La Méthode Ka » l’une des œuvres individuelles les plus utiles du moment, constituée d’un corps de connaissance en Économie de Communauté et d’une Anthologie du Renouveau de l’Attitude ethnique. Depuis le début des recherches sur les migrations pour raisons économiques et tout particulièrement sur le phénomène de l’entrepreneuriat ethnique dans les années 70, peu de documents ont été rédigés à destination des principaux concernés encore moins par l’un d’entre eux. C’est à présent le cas depuis quelques années, grâce au travail de composition et de recherche réalisé par Arnaud Segla, consultant en gestion de projets et ingénierie d’affaires. « La Méthode Ka » se veut un ensemble d’ouvrages de référence où l’on pourra trouver une foule de réponses pratiques à des problématiques simples, mais dont les implications et les enjeux nous sont critiques. La compilation d’ouvrages sera disponible sur les sites Amazon avec pour mots clés #Arnaud Segla.

Le corps de connaissance en Économie de Communauté développée par la firme de consulting et think tank, The Wisemen Council, s’aligne sur une ligne éditoriale qui traite du développement économique, de l’identité ethnique et du développement durable. Il cible à la fois les communautés ethniques, les diasporas, les populations des pays du sud ainsi que leurs leaders communautaires et acteurs économiques. Il s’agit de la première fois qu’un regard lucide et averti décrit les réalités vécues par ce peuple et se propose d’y apporter des solutions à partir de sa propre philosophie endogène : la voie informelle. La démarche vise à se réapproprier la souveraineté économique et la Fierté ethnique dont a été privé ce peuple.

« Une communauté est un groupe d’individus qui partagent un mode de communication et relationnel particulier autour d’un attribut culturel, économique ou social qui les identifie, voire auquel ils s’identifient. L’économie de communauté propose de donner aux communautés des outils et stratégies, sous forme d’utilités, pour les rendre autonomes économiquement et promouvoir des interactions équitables entre elles. » définit l’auteur Arnaud Segla.

L’Anthologie propose un renouveau dans la composition littéraire par un témoin de notre ère qui observe les défis du maintien de la fierté ethnique malgré les conditions parfois contraignantes des immigrations. Il arbore à la fois les volets spirituels dans un monde où le religieux est tabou ou encore les questions de rôles sociaux qui s’attaquent quelque peu au confort de l’orthodoxie.

Ce sont plus de 15 ans de vie de migration et de maturation qui sont consignés dans la collection phare de quatre livres, le Cri de la Calebasse.  L’auteur s’exprime avec Amour, Humour, Sagesse et Espérance  afin de constituer un patrimoine à transmettre aux générations futures et aux partisans ou détracteurs du nouvel essor de la civilisation noire à travers le globe. Ces livres écrits dans un langage intemporel restent faciles à lire et accessibles à tous.

Pour télécharger l’œuvre courante : https://www.amazon.com/author/arnaudsegla

À propos de l’auteur :
Arnaud Segla M. Sc., M. Sc. Admin., CAPM. Consultant gestionnaire et Coach en entrepreneuriat social, ethnique, informel et numérique. Il organise et anime des activités d’apprentissage et accompagne plusieurs entrepreneurs dans l’atteinte des objectifs de leur projet d’affaires. Depuis 2009, il offre des services de consulting pour les projets en entrepreneuriat ethnique et informel dans le cadre du développement économique et identitaire des mains-d’œuvre migrantes. Il s’associe à toute bonne volonté pour concrétiser sa vision avec l’entreprise The Wisemen Council.

#Gonzowriting #EthnicEntrepreneursEthniques #MéthodeKa

Source : The Wisemen Council www.thewisemencouncil.com
Contact : Arnaud Segla
Repères sur l’œuvre : https://www.theleanintention.com/fr/reperes/
admin@thewisemencouncil.com

Avec l’aimable contribution de Traduction AS

Paying back

An offer should be within, some, Challenge or Chelem.

Because without the e-motion, of endeavor, to go out of the insufficiency zone,

Pairs Community leaders and Ethnic Entrepreneurs (not race related) will still do business and not close Deals

You must act and sell quick and often.

Quality and Time Strategy.

Adaptation and Performance.

#Gonzoworks #EthnicEntrepreneursEthniques #KaMethod

Invitation au jeu de l’ECO World

La hargne du combat sans haine

Le combat pour l’édification de The Black Kingdom, le Royaume Noir est mené par chaque e-dieu, Roi dans son royaume (entreprise) pour le grand Royaume (la communauté économique Noire). Il faut considérer une Vente ou un Investissement comme une victoire et un Achat ou un Endettement comme une défaite. Plus on a de victoire et que le Revenu net augmente, plus le territoire du royaume (Patrimoine transmissible ou Épargne) a des chances de grandir. L’indicateur ou point de comparaison est donc l’Actif Financier (Économique; Amis du Spirituel) et Minier (Social, Rituel de Vie) Net Cumulé par chaque e-dieux, Roi. On commence, East Awa, Noir, sur un simple trône à domicile et on devrait finir, West In Dee’s, Métis, dans une Cité de parts à dix, « Haqq! ». Un vers Sion. Sablier du Temps. Chacun à son niveau peut donc faire grandir l’Inc. de la communauté et donc le pourvoir socioéconomique du Peuple. Il est donc important d’être solidaire et de se fréquenter par l’échange intercommunautés et le partage intracommunauté.

« Aux e-dieux, le combat, à Dieu, Seigneur, la Victoire et à DIEU la Justice. »

De la Vente à un client au Conseil sur les achats d’un pair

Le nerf de la guerre c’est la Vente encore appelé « acquisition de clients ». En effet, le point de départ de la croissance d’un projet d’affaires est le revenu ou chiffre d’affaires qu’on se fait avec son idée. Toutefois, ce que l’on observe le plus souvent chez l’entrepreneur peu rôdé soit introverti (le cliché du profil porté sur l’intellectuel et la solution du projet) soit extraverti (le cliché du profil porté sur le relationnel et la conclusion de la vente) c’est une forme de gène à la pratique de la vente surtout lorsqu’elle est faite dans un contexte financier critique pour cet entrepreneur. Chaque vente devenant cruciale pour la bouchée de pain et la bouffée de gain. Bien qu’on puisse être crispé, il est souhaitable de respecter 3 temps dans sa démarche à savoir la prospection des opportunités, la commercialisation de la vision du pair et la promotion des extrants de la marque. L’important est vraiment d’avoir le déclic qui initie l’étape de prospection. Ce déclic vient plus facilement avec la (prise de) Conscience de son rôle de responsable de la Vie de l’entreprise (en tant que double ou Ka) et de la nécessite de faire preuve de Courage (Intention) et de Calme (Lean) pour lancer l’effort d’autonomisation économique (Solvabilité), d’affirmation ethnique (Identité) pour l’indépendance financière (Souveraineté) individuelle et de la communauté. L’Attitude prescrite est alors tout simplement d’observer le ou les marchés et de faire correspondre avec Réalisme la demande courante en besoins avec l’offre concourante à l’accomplissement issus de son portefeuille de services.

Vendre ou promouvoir un projet, selon la Méthode Ka n’implique pas la même Intention puis les mêmes efforts Lean. La Promotion se fait, généralement, selon la Technique Share Wiser pour le rayonnement de la marque, essentiellement par publicité et communication aux parties prenantes. Tandis que la Vente Éco Animiste est une Recette faite de Service et de Soutien pour le renforcement de l’Acteur économique et/ou du Leader communautaire essentiellement par amitié et fréquentation entre pairs. Ce sont de simples conseils financiers à la consommation (B2C) ou à la production (B2B) ou encore à la stratégie (B2P) en tant que représentant de sa marque d’affaires (produit, services et projets). Ce, au lieu de la vente informelle qui prend souvent l’allure de la manipulation, agression, intrusion, voire mendicité pendant que la vente formelle peut, quant à elle, mettre trop d’emphase sur la conclusion de l’acte selon différents termes, même si l’écoute du client, que nous nous appelons pair socioéconomique, y tient une place prépondérante. Ainsi, gagner de l’argent avec un projet d’entreprise ethnique dit Éco animiste (donc de l’ECO World) ou non consiste à agir en tant que consultant en matière de gestion des projets de Vente ou de Financement et/ou d’Achats ou d’Investissements pour construire le Patrimoine transmissible de ses pairs et pour leur Fierté.

Toute la technicité de l’exercice consiste, pour ainsi dire, à éviter l’inutilité du temps investi dans la démarche d’accompagnement à la vente ou l’achat. Ainsi, à part la nécessaire étape d’évaluation, la suite du processus qu’on pourrait qualifier d’élicitation commerciale (faire correspondre la vision du pair au possibilités du marché via son offre de service) doit être facturé. Cela incite le pair à faire un réel effort de clarification de sa vision et à éviter toute tergiversations dû au risque socioéconomique de son initiative ou projet. Le consultant ne devrait pas avoir à en pâtir parce qu’il est réputé porter le rôle de maître d’œuvre et donc prendre sur lui les aléas dû aux caprices du « dieu » ou « génie » client. Les 7 étapes classiques d’un processus de vente (Présentation; Brise-glace; Contextualisation; Analyse; Proposition; Négociation; Conclusion) reviennent alors, après toute évaluation initiale, faisant suite à la discussion des paramètres clés (scripts d’envergure, de coût et de temps) de départ du projet, à 3 portails de validation par entente sur et entre les parties avant le lancement du projet par une charte ou des termes de référence. Les 3 portails sont : la structuration (découpage en backlog) de la vision du projet; la synthèse (par approche modérative) de la stratégie d’exécution; le positionnement des balises de suivi (budget, durée et indicateurs par étapes). Il s’agit donc d’un travail préalable de dégrossissement qui met le consultant et son pair dans une Attitude de partenariat amont et non la simple relation injective où le consultant fait une offre après un entretien de vente et que le client accepte ou pas après négociation. On comprend alors pourquoi ce type de vente qui est un comme un préprojet à part entière évite les futilités, améliore le taux de succès, et surtout, doit être rémunéré. Même s’il advient que le projet n’est pas lancé, pour une raison ou une autre, le pair a au moins une base ou modèle pour un autre projet similaire ou une autre initiative d’affaires. Il appartient donc à chacun de comprendre cette nécessité ne plus considérer le seul client comme « Roi » mais d’accepter la consultation comme « Voie ».

« Fréquentation œcuménique et économique est essentielle pour construire des communautés au sein de Civilisations qui traversent le Temps. »

La Souveraineté économique, des Migrants « des Afriques »

Voici l’extrait d’une consultation informelle donnée par Arnaud Segla dans le cadre d’un projet de recherche sur le développement communautaire et les relations interculturelles. On y aborde des points essentiels de la Vision actuelle des enjeux en Afrique, dans ses Diaspora et par extrapolation dans les pays de ces descendants outre-mer…

[…]Pouvez-vous nous présenter vos observations sur le rôle des organismes communautaires auprès des membres des communautés ethniques?Les organismes internationaux sont comme les organismes communautaires dans les pays et les communautés où ils interviennent du fait de la proximité qu’ils ont avec les populations. Leur rôle est important pour soutenir ces populations mais souvent le filtre des acteurs locaux et des organisations de la société civile, qui sont des partenaires sélectionnés du fait qu’ils présentent une structure minimale capable de faire un suivi de projet, créé de fait « un marché de la gestion des projets financés » qui ne vise plus tant, du moins uniquement, l’action auprès des populations mais surtout la justification de la Vie de ces acteurs à travers les salaires des employés, la logistique et la raison de vivre, le statut social etc. Je pense qu’il serait vraiment Temps de faire une place à une nouvelle forme de coopération basée sur le Partenariat Public Privé toujours avec ces organismes « d’action populaire » pour l’intervention sur le terrain, des sympathisants bailleurs de fonds mais aussi un nouvel type d’acteur inter médiateur ou modérateur constitué par des firmes de consultation indépendante (comme The Wisemen Council), ou autres acteurs économiques et leaders communautaires de la diaspora qui connaissent les deux réalités et qui peuvent corriger le tir de part et d’autre.

Faisons à présent un retour sur vos réalisations et aspirations récentes. De façon factuelle de quelle façon les services de votre projet d’affaires ont été utiles?

Des projets pour lesquels on me demandait mon expertise de rédaction d’affaires ont été acceptés. J’ai amélioré ma compréhension de l’informel et des enjeux dans mon environnement local « dans une des Afriques » et à Montréal ainsi que des données sur les codes d’affaires et culturels auxquels il faut être sensible pour réussir ses projets d’autonomisation dans les communautés ethniques.

Quels sont les projets et initiatives supplémentaires dans lesquels vous vous êtes impliqué, au sein de vos communautés puisque vous dites vivre dans la Diaspora et « certaines Afriques »?

J’ai essayé à titre d’échantillon de test de ma propre approche en entrepreneuriat ethnique et informel d’aider des jeunes à se lancer en affaires en les finançant sur fonds propres. Il s’agissait d’un homme, d’un jeune homme et deux jeunes femmes. Une seule a pu ouvrir le magasin du plan qu’elle m’avait présenté et a de plus pu s’acheter un moto pour y aller. Le jeune homme s’est retrouvé dans la rue car la cafétéria qu’il exploitait ne lui appartenait pas et le propriétaire avait des dettes et mon investissement pour qu’il puisse faire tourner le commerce est devenu nul après son expulsion. La seconde jeune fille n’a pas eu le courage de se lancer pour le moment. Elle reste dans le confort d’un emploi que lui procure sa famille au détriment de la formation pour laquelle elle doit investir pour ouvrir son commerce. L’homme a préféré trouver un emploi pour nourrir sa famille et rêve toujours de financer un projet de plusieurs millions qui est un projet de Vie mais qui traîne du fait des urgences financière et sociales.

Qu’avez‐vous appris ou confirmé sur votre méthode à travers ces expériences de coaching individuel?

La plupart des Attitudes en matière de réflexes économiques de la Diaspora trouvent leur source dans le bassin socioculturel dont ils sont issus malgré l’apparent enrichissement culturel dû aux migrations entre deux états ou au sein d’un même état. Pour mieux comprendre comment réfléchissent et réagissent les entrepreneurs ethniques, il faut observer leurs collègues de l’économie informelle dans les pays du sud où les Attitudes affleurent de façon évidente et permettent de mieux orienter les actions de développement d’un côté et d’intégration ou d’inclusion sociale de l’autre.

Pouvez-vous nous parler de deux défis familiers que vous avez pu observer dans votre expérience internationale?

Le premier défi est l’accès à des sources de revenus pour les jeunes hommes et femmes

Les causes en sont, pour moi, le manque de partage de débouchés et d’ouvrages de la part de la communauté mais le consensus classique et actuel sur la question est le manque de réinvestissement des fruits de la croissance économique. Il en résulte pauvreté et précarité ainsi que le maintien des injustices sociales notamment dans la prise de leadership de ces jeunes.

Les solutions envisageables seraient de favoriser et renforcer par l’habilitation au métier d’entrepreneurs les initiatives économiques individuelles ou en groupe de préférence. Mon approche utilise la philosophie informelle tandis que l’approche classique privilégie le formel.

Quels sont les dimensions socioéconomiques et écologiques liées à ce premier défi?

L’urgence des situations de survie face à l’absence de revenu amène souvent à la destruction des écosystèmes ou leur non préservation pour des exploitations anarchiques. Également l’insécurité est une conséquence du manque de ressources chez les jeunes en étant de potentiels délinquant, enfants soldat, terroristes ou candidat à l’émigration avec des risques de renforcement des formes d’esclavage modernes.

Je pense que l’état d’esprit des jeunes et les choix que font les bailleurs de fonds de réduire le transfert de capital dans les projets communautaires suite aux abus dans ce que j’ai appelé « le marché de la gestion des projets financés » comme les perdiem et autres avantages en nature, de statut ou logistiques. Le rôle de la communauté, pour moi, est d’aller plus dans le sens d’un meilleur partage de l’ouvrage, des débouchés et de l’intelligence économique.

Dans les pays dits riches existent des quarts-mondes qui partagent les réalités des pays du tier monde. Enrayer la pauvreté et non la réduire c’est appliquer à toute les zones du monde où elle sévit des mesures généralement admises du fait de leur efficacité avérées, vu que les populations concernées ont souvent le même profil ou la même origine, en les adaptant au besoin.

Parlez-nous à présent du second thème de vos observations.

Il s’agit de l’accès à la reconnaissance des droits économiques individuels des Femmes

Pour moi cela est dû à la non mise à jour par le consensus entre les rôles Traditionnels dans les groupes de Vie et les nouvelles aspirations des êtres dans le cadre de l’évolution de l’humanité. Cela a un impact sur les communautés par le manque ou l’insuffisance de l’apport de l’effort et de la production des Femmes qui ne profite pas assez aux économies et se contente de combler un déficit d’intervention sociale des états au lieu d’être une force économique notamment au niveau de la comptabilisation dans le PIB.

Quels seraient les moyens d’action contre cet état de fait?

Mieux reconnaitre l’économie informelle en facilitant sa transition vers des structures formelles compétitives tout en préservant son esprit informel. Cela reviendrait à associer la production de ses structures à des facilités fiscales ou logistiques leur permettant d’être plus performantes. Par exemple, l’accès aux terres par les femmes pose un problème important pour celles engagées dans des activités agricoles dans le cadre de leur commerce informel. Le statut des Femmes et des jeunes dans l’informel s’il était reconnu, renforcé et encadré réduirait de beaucoup les chiffres du chômage par la prise en compte de ce mode de création de richesse. L’économie informelle n’est pas un problème mais LA Solution.

Hélas, les idées préconçues sur le phénomène et le choix du statut quo en matière d’approches car les acteurs concernés et ceux qui les supportent sont marginalisés ou n’ont pas la parole où accès à des moyens d’action pour implémenter leurs actions mène à des échecs fréquents par « un activisme de surface et du ventre. »

Mais la justice de genre est à l’agenda de la plupart de organisations internationales.

On ne peut pas toujours attendre que la réponse aux problématiques internes des communautés viennent des directives d’un organisme international sur la base de l’appréciation d’un expert pas toujours proches des réalités ou souhaitant principalement montrer son expertise et le bienfondé de son modèle d’innovation sociale ailleurs que chez lui. Il est temps que les acteurs économiques et leader communautaires ethniques prennent plus de risque pour attaquer les problèmes de fond quitte à aller au-delà de la durée prescrite des projets internationaux. Cela en procédant par phase d’intervention avec chacune une thématique concourante et déclinant stratégiquement une Vision claire.

La position de la femme dans les communautés fait toujours couler beaucoup d’encre et bien que le mouvement féministe se radicalise par moment ou selon les lieux pour mieux faire reconnaitre leurs droits, je pense qu’une approche alternative qui n’est pas une approche de genre mais une approche unisexe à des phénomènes dont les répercussions sont pénalisantes pour tous est à privilégier en mettant à contribution les acteurs indiqués selon la pertinence de leur apport et non leur positionnement sur la question

Comment résumez-vous votre vision du développement « des Afriques » pour vous reprendre?

Je pense que le terme « développement » devient de plus en plus un leurre ou du moins un objectif usurpé sinon galvaudé. On semble lui courir après sans jamais l’attendre comme une asymptote. En effet les critères de développement évoluent et ce qui est préconisé comme un objectif vient d’un standard de vie des bailleurs de fonds qui feront encore d’autres innovations sociales de sorte que les pays du sud sont en perpétuels rattrapage de pouvoir socioéconomique avec en plus la responsabilité cachée de pourvoir au confort de l’innovation de ces même bailleurs de fonds qui en viendront à nouveau imposer encore leurs vues et leurs normes de vie à l’issue de ce qui est un cercle vicieux. La nouvelle Vision à poursuivre, selon moi, et à décliner dans des projets, actions et initiatives d’Autonomisation est celle de la « Souveraineté » réelle, pure et simple des pays du Sud et de leurs enclaves occidentales, Diasporas, dans les aspects qui concernent prioritairement leur Identité ethnique et leur patrimoine financier. L’avenir du développement communautaire et des relations interculturelles nécessite ce rééquilibrage des échanges pour plus d’équité et de Justice pour tous les Hommes qui y prennent part sur Terre et dans les Mondes.

Quelle serait votre Stratégie correspondant à cette Vision?

Il ne s’agit pas tant de faire des efforts et mettre en place des projets ou programmes pour réduire la pauvreté mais bien l’enrayer car la Source de la pauvreté et son entretien vient d’un Système bien huilé ou les pyromanes en secret jouent les pompiers officiellement. Les pays du Sud cantonnés à un rôle de consommateurs et de pourvoyeurs de ressources et de matières premières arrangent la plupart des pays dits riches qui n’ont pas les moyens de les posséder sur leur sol d’une part et de se les procurer à leur valeur réelle d’autre part ce qui réduirait les écarts entre les niveaux de développement par le prix à l’intersection de l’offre permanente informelle déformée et mal formulée et de la demande oppressante formelle informée et sur formulée. On dit souvent « les bons parleurs ne sont pas les bon payeurs » mais, concernant le développement de l’Afrique, « Tout le monde en parle ». De fait on serait dans une situation idéale d’échange commercial et de partage de ressource. Il appartient toujours au Peuple opprimé de lutter pour sa Souveraineté économique et non d’attendre, par prières successives, la réduction de leur dette qui est une dette non pas tant Économique mais Ethnologique du fait retard à rétablir une injustice pluridimensionnelle séculaire ou séculière qui, en tout cas qui n’a que trop duré et dont l’enjeu est le déséquilibre cosmique et naturel sur Terre et dans le Monde présent et les Mondes à venir. Ma stratégie est déclinée dans l’œuvre complète écrite sur laquelle je travaille depuis plusieurs années déjà et que j’invite le public à découvrir.

[…]

Restez connectés pour la suite des publications autour de ce travail de recherche et d’action pour la réappropriation de la Souveraineté économique et la Fierté ethnique des migrants inter et intra états avec les outils de l’Autonomisation par l’Entrepreneuriat et l’Identité.

Le renouveau socioéconomique interculturel québécois.

La vision de The Wisemen Council sur la définition, en guise de résolution, d’un modèle de vie interculturel et communautaire notamment au Québec est ébauchée ici en quelques mots simples.

Pendant longtemps le monde s’est défini par des luttes guidées par des idéologies vicariales, mythiques, magiques, philosophiques, militaires, religieuses, raciales etc. Tout ou partie d’entre elles ont menées à de grandes destructions du patrimoine de l’humanité lorsque les plus affligés ont dû prendre les armes pour conquérir leur liberté et rétablir la balance de la Justice.

Dans notre contemporain, la préoccupation se situe essentiellement au niveau de deux critères à la culturels (langues et valeurs) des communautés après les effets de la mondialisation. Et, dans un autre sens, le patrimoine (monnaie et richesse) des économies après la mise en place de zones ou d’alliances commerciales privilégiant certains types d’échanges déséquilibré et non plus le principe « équitable » (offre contre demande à un certain prix d’équilibre. Qu’en sera-t-il de l’Attitude de partage?

Le schéma classique de ces Systèmes prescrits visant, sous barbes (blanches?), l’hégémonie d’un modèle acquis, généralement reconnu comme panacée à cycle ou une situation vécue sur Terre et dans le Monde.

La nouvelle donne que nous accompagnons de nos vœux est celle de la multiplication des solutions individuelles, suivant une orientation stratégique, aux réalités socioéconomiques contemporaines vécue par les communautés sous forme de grands sous-groupes associés à une instance unique ou moyeu permettant de réguler les zones à risques lors des débordements avec des lois régissant chacune. Ce conseil dit de sages mais aussi juges doit idéalement être composé en son cœur de consultants à Licences capables de diriger la diffusion de leur vision en une déclinaison stratégique qui va jusqu’à l’action sur le terrain. C’est une forme pyramidale inversée où le point commun de la direction est le Recteur élu par les autres conseillers après consultation et reconnu des pairs. The Wisemen Council sert alors de structure d’accompagnement ou d’agence de ressource à une autre structure plus populaire que serait l’Organisation de l’Économie de Communauté qui siègerait régulièrement pour légiférer sur les Attitudes alternatives à adopter en marge du Système Libéral.

De façon plus micro-économique, la communauté se vit dans les échanges de ses membres mis en familles, clans, groupes etc. Dans une logique de commerce ethnique basé sur des références culturelles et non raciales ou tribales. Il est souhaitable de non pas favoriser les clivages de zones à l’effectif plus ou moins consistant mais de favoriser les échanges de produits, services, de connaissances et savoirs (être, faire, vivre, d’ensemble) non pas dans une logique entropique et inique déjà initié par le passé lors des mondialisations. En effet, la découverte des richesses des plus démunis a entrainé leur exploitation sans contrepartie digne puis s’est continuée dans l’oppression tant économique que mystique dans ce qui pourrait être qualifié au final de maléfique. Car, lorsque votre pouvoir économique est spolié par la monnaie et que votre pourvoi mystique l’est aussi par un monarque, nul recours ne vous reste pour vous libérer si ce n’est cette révolution silencieuse venue du Cœur des jeunes et des femmes en quête d’autonomie pour le simple besoin et droit à la Vie (Seigneur).

Le vieux rêve québécois de souveraineté qui à mon sens revient à la perte de la notion ou du label de « Nouvelle France » peut renaître ou pas dans le contemporain. Mais à quoi bon revendiquer une Nation ayant tous ses attributs lorsque ses membres n’en ont aucun? Les combats de souveraineté sont long et fastidieux et demandent de l’effort et des sacrifices et non du confort et des artifices marquant des velléités électorales.

« Dieu ne change l’état d’un Peuple que lorsque celui-ci change ce qu’il y a à l’intérieur de lui » rappelle, de mémoire, le Noble Coran.

Les hommes médiévaux entre des idéaux bas qui tiennent à peine leur route et des débats hauts qui font résonner leurs calottes basses, ne sont guère les « toughs », semble-t-il, pour supporter ce combat. Il consiste à accepter de soigner par les « champs d’ail » et les « tu niques » d’un guère-il-y-a basée sur la relève entrepreneuriale en régions agricoles et de la virilité à chevaucher la Réalité avec confiance dans l’adversité Rouge et la félicité Verte. Sachant qu’avant la terre promise les économies à terrasser seront nombreuses par l’évitement de l’exploitation mentale et la technique de promotion/prospection commerciale.

Or à bien observer les injustices pratiquées sur les immigrants équivalents de la « minorité invisible » ethnique française du Canada, à les observer (par transposition) donc, l’Attitude de la gente féminine québécoise revendiquant un féminisme de droites sans celui des idées de gauches; femmes riches femmes pauvres et enfin le pouvoir économique tant mis en avant sur la base des richesses naturelles n’est que, à mon sens, un leurre incapable de soutenir une monnaie sur le long terme tant il est que ce patrimoine est non seulement limité, mal géré et déjà presque obsolète. Il masque, en effet, le nouveau message de partage d’ouvrage et de débouchés à tous les membres reproductifs et productifs. Il est donc important de recréer une économie de la Réalité où les revendications des pays du sud, des sud de pays et autres régions moribondes soient prises en compte pour non pas servir de tir bûche auprès du feu sans limite de l’avancée infiniment croissante des économies. Au contraire, il serait bon que cette économie serve de contrepoids réaliste à la folie des grandeurs des systèmes financiers ne respectant rien de la tradition et de la Mystique d’une Terre et d’un Monde bien réel. Ces espaces ne seraient éternels si l’on n’en prend pas soin comme il sont. C’est-à-dire faits d’une communauté de membres issus d’une immigration sous forme de carotte de son sol économique à chaque ère et dont la tunique bigarrée sur les uniformes et les sangs. Ces uniformes d’âmes et de mains, doivent être intégrés voire inclus à une vision d’un Québec initié jadis et appelant à son accomplissement dans le contemporain par des générations de jeunes hommes et de jeunes femmes affranchis du poids d’un système financier inique et d’une logique économique à suite géométrique après avoir été arithmétique.

Entre deux triangulaires formant l’hexagone et une série linéaire administrant les affaires; le Far & Well; L’Éloignement et le Puits; le Déracinement et la Source. Car désormais, les clefs du chemin vers la Conscience, le Livre, l’Énergie et la Parole mis en un Point révélé, ont été reçu par le Peuple de « l’a-guère » d’uniforme et de sang authentique Noir. À eux revient le rôle social et mystique (possessions maîtrisées et apprentissage de la nouvelle Science) et à elles le rôle primordial économique et traditionnel (protection contre les maux et entretien des 5 piliers) dans ls Arbres Vicariaux sur Terre. Ils et Elles sont au cœur de la Correction de ce plan des Affaires avec le Soleil de faits, la Mer de nage animé par le Vent de Silence. Symbolique de Sirius et sérieuse du nouvel Adam et Êves dans la maîtrise de la présence du Seigneur qui souffle son message de Vie. Une seule formule opératoire issue du Mix de l’Entrepreneuriat Ethnique, le 5E (Para-entrepreneuriat) pour les premières étapes de reconstruction du Royaume :

« Emploi, E-Licence, Entreprise, E-Commerce et Engagement »

Le Temps est donc venu de combattre si l’idéal est toujours la Liberté de la communauté et la fierté du réalisé. A titre individuel (l’Auteur) et institutionnel (The Wisemen Council) notre décision est prise. Combien pourront s’y lancer sans méprise? Car, la révolution est silencieuse et faite d’un cumul de réussites (« Quick wins ») jusqu’au poids critique de la revendication officielle pour la réappropriation. Dans toute mort, il y a la Révélation, l’Acceptation, la Reddition ou la Réédition et enfin la Rétribution. Mais ce n’est que le passage obligé pour enfin vivre éternellement et ensemble chez nous.

« Il n’y aura pas de souveraineté québécoise tant que le mental de la Licorne sera lié et que le Lys aura une saveur de Sans Tall. »

En mémoire de René Levesque

Pour aller plus loin sur le plan de mesures (valable pour d’autres zones de notre projet de souveraineté économique) :

Emploi : Déréglementer l’emploi pour favoriser le partage d’ouvrage à la pige et au contrat par exemple (imaginer d’autres formules de garantie d’hypothèques)

E-Licence : favoriser l’octroi de licences d’exploitation dans le secteur primaire principalement dans l’agriculture pour orienter les jeunes vers la relève dans ce secteur.

Entreprise : Entreprendre de trouver des débouchés aux produits locaux (québécois) typiques à l’exportation dans des régions où ils sont peu connus (sirop d’érable) : plats traditionnels, art et artisanat, ressources naturelles.

E-commerce : défendre et affirmer le savoir-faire technique local (québécois) en matière de solutions IT (avant-gardiste), l’innovation sociale (concrète), l’économie sociale (réaliste)et de la création artistique (non-raciste) comme les jeux vidéo et dérivés. En faire des pôles d’excellence et de référence encore appelées sphères d’efficiences au même titre que le modèle des clusters ou la Silicon Valley. Rendre réalisable en ligne les démarches administratives.

Engagement : s’engager vers la construction et le maintien d’un budget excédentaire capable de justifier et soutenir une autonomie économique et permettre de financer légitimement des utilités pour toutes les communautés (locales et Diasporas) au titre d’un Engagement de partage interculturel entre les leaders, les acteurs et les Peuples.

« Il semble que le Québec soit partagé sur la question de sa Souveraineté. C’est soit un projet affectif et existentiel pour la génération qui a enduré et fait naître ce débat, soit juste un objet effectif et intellectuel pour la génération qui a duré et à faire être ce combat. Une génération qui se rend grâce à la Putin et une autre qui s’engraisse à la poutine. Il convient alors, dans une phase de transition et d’initiation, de rouvrir les yeux (sensibilisation) de tout le Peuple sur cette Réalité et nourrir les vœux (habilitation) de tous les jeunes pour cette Liberté. Les torts étant partagés entre les acteurs de cette réalité, je me demande d’ailleurs si en matière de priorité et de besoin, il est plus urgent pour les québécois d’avoir leur souveraineté économique comparé aux populations Noires de la Diasporas et celles du continent. Les sympathisants étant de ce sang noir de l’immigration économique reçue ou vécue dans l’Interculturel. Quoi qu’il en soit, un combat doit s’amorcer sur le grief de trop: le niveau de paupérisation du Peuple Noir due à l’exploitation de leurs ressources sans partage de revenus. Un Système séculaire appliqué à tous les autochtones et notamment pour les Noirs depuis 600 ans maintenant dans le cadre de la traite transatlantique par des traitres très athlétiques. »

Gonzo

The concept of Gonzo was developed by Hunter S. Thompson and applied to journalism including with the characteristic of first-person writing and subjectivity. It would also mean in Italian “silly, credulous, fooled”. It is also to this day a style of pornography, a character of the MuppetShow and a Japanese animation studio. (Source Wikipedia)

In our case we use it in several declensions of a family of hashtags relating to the dimensions of the project of The Wisemen Council (The Ka Method). “Gonzo” for us means “the pleasure of living simply” and indicates that a migrant for economic reasons intra and interstate (People of endeavour and the Soul wonderer) must enjoy a Life both authentic and spiritual to fulfill themselves humanly and materially from which lies its importance … For God.

#Gonzodefinition

Gonzo

Le concept de Gonzo a été développé par Hunter S. Thompson et appliqué au journalisme notamment avec la caractéristique de l’écriture à la première personne et la subjectivité. Cela voudrait dire aussi en italien “idiot, crédule, dupe”. Il s’agit également à ce jour d’un style de pornographie, d’un personnage du MuppetShow et d’un studio d’animation japonais. (Source Wikipédia)

Dans notre cas nous l’utilisons dans plusieurs déclinaisons d’une famille de hashtags relatifs aux dimensions du projet de The Wisemen Council (La Méthode Ka). “Gonzo” pour nous signifie “le plaisir de vivre simplement” et indique qu’un migrant pour raisons économiques intra et inter états (Peuple de l’a-guère et de l’âme erre) doit mener une Vie à la fois authentique et spirituelle pour s’accomplir humainement et matériellement d’où son importance… Pour Dieu.

#Gonzodefinition

Eco Animism: The Economy Through Animism and Spirituality?

Eco animism or animist economy aims to use the attitude and animist thought and its relationship to the world (in respect of nature, mankind, interactions between cosmic forces) to guide economic choices and managerial methods. The practice of rites and cults is left to the discretion of individuals. This sentence has its importance.

The Ka method is part of this new vision of the business world. It consists in giving a soul to one’s company and personifying it while creating the necessary conditions for its development and fulfillment. The economic agent is identified with its believing individual character. The purpose of this method is to establish the necessary performance for the acquisition of simple wealth; that is, the goods necessary for the unimpeded development of the spirit. It is an objective that can be individualistic or applicable to a group but its implementation remains informal and empirical. The agile development and the lean management are, nonetheless, relevant tools to accompany the development of the reference system or body of knowledge. This current line of thinking has a principal axiom: “the believer’s responsibility is to be fulfilled spiritually and materially”. This implies: “to free oneself from material constraints in order to promote spiritual fulfillment”. This is not an asceticism but a search for a simple wealth that respects a set of informal principles. Material constraints consist, for example, of precariousness, over-indebtedness, overconsumption, difficult access to a decent retirement or the powerlessness to constitute a transferable asset…

It is important to specify in what context animism is used here in a current of economic mind frame. Several oppositions can indeed emerge against a form of traditional religious practice that opposes the dogmas of the main monotheistic religions that influence the world. Nevertheless, it is not a matter of developing a business wisdom but an economic mind frame with its tools, methods and applications that respect the basic sensitivities of certain people.

The uniqueness of God is never called into question in the development of this line of thought. Polytheism differs from animism. It seems to many that polytheism is an involution of monotheism and that certain characters appear at a given moment in history to give a clear reminder of the original conception of the God as Creator, among others, his unicity, his omnipotence and his omniscience.

According to J. C. Froelich in his book “Animisms, the Pagan Religions of West Africa” published by Editions de l’Orante, polytheism differs from the Animism (recall it). The latter can often be seen as monotheism with polymorphic representation. Secondary Gods mediate between men and the great God. To worship God by recognizing the other gods gives rise to what is called “henotheism” by specialists in the field. The God, often the ancestor monitor is linked to the contemporary individual within a group by a long chain. The pantheons thus created are specific to each people including a creator God and often a civilizing hero, or monitor, deified ancestor of men. These secondary gods, forces of nature, invisible geniuses and other creatures, first occupants and master of the land where ancestors are subordinate to the creator.

God creates the soul of the world and the vital force that resides in each element. The lower gods follow as a faithful administration. The vital force is changed by the beings through mankind sacrifices and words. Present since the dawn of time, the vital force allows mankind by respect of the prescriptions to preserve and increase it within the community. The god creator is the first cause and a center emitting original force that feeds a circuit of energy which, starting from him, animates everything and comes back to him. Without being a magician or a sorcerer, we believe that the economy can also displace this force and make use of it. In order to empower people of animist traditions that are often in developing phase (if we can allow this cliché) to take an active part in the globalized economy, it is better in our idea to build the tools, methods and theories that are useful in bringing it to fruition. This is a major challenge for this people or a utopia depending on their belief.

To better understand JC Froelich who opened this presentation to this science in the absence of a contact, to this day, with a traditional and initiatory lineage, the word “animism” defined by the belief in the existence of an immaterial principle of a “soul” residing in beings and all things, visible and invisible. Whether it be for the religions of paganism of primordial cultures or a cosmic vision of the presence of an “elemental consciousness” in the smallest particles of matter, the harmony seems to remain between cultural traditions and living revelation of monotheism.

Going from this explanation in the deeper sense of animism in the usage that it is proposed to do, the economic world ceases to be what we were taught and other perspectives can be open to us without real initiative and in an informal fashion. This new line of thinking among many others can be done wrong or can be above others or stay in between two frontiers: economy and spirituality.

In the conception and learning received, we are expecting to know the laws of the market which guide the liberal world trade or not and, who, the states have a perpetual interaction to create the slightest material richness (GDP, Inc etc.) and to impose international smuggling and to affirm their sovereignty. The secular and refuge currencies such as gold and silver or barter in a local economy are no longer accessible for most peoples attached to their traditions and the passage through a stock exchange listing that is quasi mandatory. It is therefore with the currencies of each region that the methods of commerce for the potential actors interested in taking part. A contemporary adaptation that makes its way in the routine of life of an entire continent and its people sharing the same realities. The habit of adaptation.

The new attitude would be to no longer fear the idea of an economic affirmation and the challenges of advancing states, peoples and civilizations in place of an unrelenting expectation of external aid and to bathe in a resignation and to thus constitute a great inertia. Take charge of its development, its sovereignty and its affirmation; no doubt a matter of pride. United voices from the diaspora and the continent not only African but a continent at the edge of the third or even the fourth world can now contribute to building an alternative to economic currents implacable content that are imposed without the apprehension of its subtleties by the target people because of a lack of realism (of independence?) or by insufficient access to the education systems that are supposed to present these subjects. A gap often separates the leaders and the administrates, elites and popular layers, interests and impotence. It is a long-term adventure for which we must build an empirical science reinforced by the results of specialist work. The contribution of any connoisseur is welcome and examples of large-scale realization such as Wikipedia shows the power of internet interconnection and mutual control. What does it cost to try? Nothing but the comfort of having tried nothing to take away from our own initiatives future generations the heavy toll of the errors of history. Create a synergy between knowledge and a push towards unity. Could this be cleansing economic karma? What do I know? We have to learn from other cultures and to improve ourselves. The initiatives are not waiting on the course of our civilization but do we have the patience to seize them and carry them out?

Africa is home to simple practices that fuel the day-to-day life of informal commerce or traditional societies and life groups. Many peoples have their tradition in trade, agriculture, livestock farming or fishing associated with a subsoil and natural resources still exploitable in a fair way, sustainable and ecological that must be able to fuel a transition to a tertiary sector and thus be a competitive advantage among many of those potential of the Black continent. From Tripoli to Johannesburg via Luanda or Addis Ababa, the inventory and analysis of our domestic practices would be an excellent starting point to take advantage of a cultural wealth and adhere to the good economic thought to create wealth just by our joint efforts.

Dynamic Strategy and Lean Intention

Africa today has one billion people. The growth rate of many countries remains high or is improving to a point where it attracts many investors. The population is young and has more and more access to education and information. The threshold paradox of poverty which is currently rampant due to the long tradition of inequality divided within the distribution of the outcomes of countries’ economies which shows the impact of the political priorities on global strategies on development and change. Despite these contrasting indicators, Africa remains a region where the business potential is invaluable both by the quality and the number of initiatives to seize.

The continent has longed been finger pointed because of the lack of rigorous management notably the number of fund detours and other abuse. However, the continent is experiencing a new guided renaissance by a generation of people which the reality and the competencies offer the possibility for improvement and the reduction of waste in the political, economical and social structure.

Several tools from learning beyond limits can be revealed for the implementation of strategies of affirmation as it seems that in a liberalized market, the development is not enough. We have to be efficient, effective and competitive no matter its resources and capital. Among its tools, low cost companies and crowdfunding (financing realized by a number of small investors who are participative actors) adapted and associated to domestic practices which can give birth to hybrid and competitive entities. Being open minded is more than recommended. Here again, rather than planned development, the agile philosophie used by ‘dynamic strategies’, to create the useful applications for the African renaissance. Remember, the statement goes further than the simple catch-up of underdevelopment. We have to define also or to highlight the ‘Lean intention’ that should accompany any company that is part of the nascent movement that must be printed in the minds of the new players on the continent. The effort of change and affirmation is substantial out of conditioning of dependence and condescension that have long been an obstacle to the natural growth of a rich civilization.

The first mechanism that can be leveraged is the formation of low-cost companies that respects our economic level. After the splendor of national companies of the post-independence era of the formerly colonized countries, it is time for the simplicity and the efficiency of the structures which are concerned with the profitability for a large mass of individuals in place of the interests barely veiled of a wealthy minority. Financed by popular and community savings under the crowdfunding model, they find a fresh source of useful capital where assets can be converted into tangible ownings for investors or in the form of loans repayable at the end of a cycle of economic initiative (by project or other) to create wealth. It is not a retirement savings but a regular investment in an economic initiative. Alternative to the direct bank credit reserved for elaborate projects and the micro credit at high interest rate, this common investment fund united by popular savings can be put directly at the disposal to entrepreneurs also gathered in community for a use of having right proportional to the participatory amount subscribed on the model this time of the “tontine”, commonly practiced on the continent. The asset capital of these popular savings funds, based on safe stocks (real estate, business share of the classical economy, metal prices, etc.) collected by integrated communities, can also be used as classical bank loans which depending on the projects are cyclical (as a function of the projects) to members of the entrepreneurial community with banks, and this leverage could help to give life to an ethical credit system where interest would not be inevitably practiced and the entrepreneurs would be responsible for their loans. The investor community acting as guarantors and not co-borrower with banking institutions. These new low cost African companies founded by poor assets or assets that are poor (depending) owned by small carriers in crowdfunding financing via reliable and honest operators defined within the framework of new economic structures would serve as an example for others structures around the world to replace publicly traded pension funds that are the source of many crises. This tangible investment is the investment of a community that constitutes a common heritage: assets for all.

The agile development of software or innovative products requires a necessary exit from the traditional framework of thought, a synergy between the actors and the mastery of a process based on several iterations and increments. Without changing the word, but from a socio-economic optic, the continent’s agile development could go through these parameters and trace new and unknown stages in the planning and predictions of the major financial institutions, the World Bank and the IMF. Agility in state management would allow for more flexibility in the allocation of resources to create wealth more effectively by selecting a portfolio of economic initiatives and then sharing revenue from these resources equitably to develop infrastructure (road network, energy, water etc.) and improve society (health, education, poverty). The political leader becomes the leader of a large company that wishes to release, in an efficient and enlightened manner, a product maximized each fiscal year. The point is to keep in mind the perpetual adaptation to the changing environments of the economy, the contexts of human consciousness and an evolving internal reference guide baptized at this level of evolution of “lean intention” or simple faith (in the sense of a simple attitude).

The “Lean intention” is the simple fact, lean intention, or fat-free intention of systematic, systemic thinking and theories and practices to produce quality. It is a pragmatism and an effective self-realization driven to a high level of accomplishment. It is a mix of truth of the ground (adaptation), lived experience (competence) and preparation for the unknown (contingency). A continuous conciliation of multiple spatial dimensions (length, width, height), temporal (past, future, present) human (body, mind, soul) and spiritual (haqq, sharia, taslim) combined. The lean intention is to get rid of its comforts of design and conditioned automatism to be able to react at all times to the environment (economic) while respecting one’s deep conviction (destiny of the company or even the country). It’s an agile vision of lean and a lean application of agility.

As we can see, the new challenges posed by the economy to the regions of the world and especially Africa call for a constant adaptation of tools, methods and know-how for a greater resonance with the evolution of consciousness and even more of the Creation.

Definition of the Ka Method

The Ka Method is an informal alternative to the management of entrepreneurial projects through the structuring in composite administrative and economic units of revenue acquisition for the frequenting of the community. These units are called Ka. It uses the realism of intention vis-a-vis time through Lean, informal learning of the financial environment, and through the agility and adaptation to the market through Strategy. All of these contribute to enrich the results of intercultural management.

*The community economy maintains exchanges with the market economy through quality (zone of moderation)

Africa: Efforts in Attitude as Economic Prayers

It is not easy to exit marked paths of the economy and to bring to it a complementary spiritual reality in accordance with certain peoples living through faith and the informal. The circle of entrepreneurs are a lot more inclined to secularism that veils the differences. We believe that the positions taken towards a real spiritual tolerance on the grounds of business exercise are a distraction as they exit the comfort of established norms but we must however recognize that there is a well-founded aspect and need of this new attitude. What is appreciative is that this offers a unique alternative to the continent and its diaspora. A hope to see it one day affirm itself in the face of the power of large economic leading nation and their institutional dictates. Faith and the informal are the major human assets of the continent but we must discipline them to make good usage of them, to gain profit from their potential. It is precisely there, to affirm with intrinsic characteristics, on the global market.

We have been created with a natural propensity to faith. It inhabits us and we live it. It must have nobody but God as its unique recipient. But in what do we invest ourselves through this gift? For which cult, which idols to we make use of? This type of argument remains a thorn for economic sciences and management.

We must transcend our habits and rituals, and our cults and traditional rites, and put them in the service of the economy. We pass the light of our time to pray for prosperity in our lives and divine protection. We forget too often to associate them with frank and persevering efforts to obtain what we want. The prayer of our era is the daily effort to dominate in our sectors of activity. God needs faithful and performant servants to relay the action of its omnipotent hand in submitted intermediaries. The miracle cannot be a viable mode of construction for a civilization of Black blood and skin. That of the economically oppressed that want to once again be the master of their destiny in harmony with natural laws, cosmic and divine will.

The use of animist science is too often led to idolatry, towards false entities that give an ephemeral goodness and conditions always assorted of an insatiable and unstable counterpart. Those that dedicate this cult must go farther than the crazy simple magic practices for the community. Animist belief is rich and profound. It must permit us to rise again and work for our growth. The only cult that is worth the pain is the one addressed to God, unique in a sincere submission. Animist belief and traditional practices must be transmuted towards a profane referential to help the masses and to leave the esoteric context to only the voluntary insiders. We have a mine of natural growth in us and throughout our culture. It has been often condemned as it has been misunderstood. It is time to give it a last chance to prove to the world its capacity to generate riches in a profane way and without evil spells and obscure practices.

The basic principle is simple: in an analogy between economy and animism, the prayer of the believing economic actor, represented by its efforts, accompanies the ritual sacrifice of its offering, that is the completed project, to obtain from the secondary gods or the genie, what constitutes the client that we link through a contract, liberation in exchange for the useful vital force of the believing economic actor, symbolized by monetary value (money), and to therefore maintain cosmic equilibrium, which represent liberalized exchanges. It is important to make efforts in the community as a prayer of an economic rite.

It is therefore through profane use of our occult sciences for our economic growth. This permits us to have not only a knowledge of our proper theories through the advantage of conceptual proximity, but to also have the opportunity to be able to release the continent and the diaspora of its slump through our own efforts and prayers.

Index of Eco-Human Consistency

It is easy to joke with the disagreements of the Revelation and of speculations.  We cannot reduce ourselves so much to the idea of illegitimately investing in its belief in the redemption of a people through inadequate theories. The subject can upset us but we must decide and make a clear and limpid idea that can reinforce faith and call to adhesion. Tolerance and truth must take precedence. It is a simple opening exercise of spirit and it is set in motion by the force of action of a continent.

This form of economy linked to spirituality seems out of place to be displayed in cities but it is the cement of societal success in countries in the process of emergence and affirmation.  The faith of believers does not have any compelling indicators to put in the bulletin board to evaluate the economic performance of states. However, it resembles the useful motor of new economies that will choose to redefine their perspectives and to reposition themselves with regards to the classic economy.

In the embassies of cities, a lot of entrepreneurs of the continent come begging for the right to spend their money in the time of a short professional stay and to help turn the numbers of business tourism. Given that they pay dearly by getting up early to take their spot in line in the service of visas, in line in the service of the powerful nation that do not waste themselves to enumerate a list of restrictive documents. Liberalisation goes in one direction and few states have the courage to impose reciprocity as long as their economy needs the presence of investors on their soil. Whether they are like at home or even more: that the states themselves do not feel like they are at home anymore.

The Index of Human Development, Gross Domestic Product and several other indicators have long been taken into account to rank global economies. Faith and its link to tradition do not reflect themselves. However, a people that recognizes itself in its culture and traditions do not need to be under the influence or domination of other civilizations. This cultural satisfaction is to be maintained and its degradation shows the evil identity of the aforementioned people being extended as long as the people mutually influence themselves.  However, the degree of borrowing to other cultures seems weak when the feeling of national pride and cultural belonging is profound and sincere. An index of eco-human consistency, to be defined, can show the respect of the human with regards to earth. This would also indicate the effective endogenous sovereignty of the people and not their economic dependency due to different historical conditions. The impact of this index on the economy will be to not link economic success to the simple production of goods and services but also to the maintenance of cultural and traditional identities, the preservation of nature (ecology and biodiversity) and of human heritage, as well as the efforts for the development of durable solutions in the creation of riches.  One such ranking would upset a little bit the well-established pyramid by placing « emerging » countries and countries in affirmation in the lead peloton of the preservation of human and terrestrial heritage.

From the System to the Economic Attitude

« Capitalism is an economic, social and political concept all at once that characterizes a system relying on the private property of means of production.  Its definition gives place to variations in space and time, and in the function of political sensitivities of the people that employ the term.  Elsewhere, one of its foundations is the accumulation of working capital through realizing profit. »

This consensual and illuminated definition from Wikipedia introduces us completely to formal logic, cold and quasi-deterministic that prevails in the means of mediation that represents the market.  However, it does not come to mind to question a system that proves itself, nor to frontally oppose us to the principles that underlie its theories.  Our purpose is to orient more towards the recall of drifts issued from the absence of the alternative model to the liberal economy. I say it often, the latter jumps alone since the disappearing of the Soviet bloc and knew to impose the globalization of exchanges, and now a form of economic oppression dictated from all angles by the imperatives of the stock market finance. Our way of life, that of the economic Man, neatly suffers the influence of the tenets of the System so that it does not leave any lives to burn missing.  Therefore, without remitting too much the paradigms and stereotypes involved, we engage ourselves in a « rat race » towards a social influence made from an access to the property of goods and services through pre-traced and predefined paths. This double possession of the object by man, and also of man by the object, inexorably causes alienation when it is just not possible to opt for another source of satisfaction.

Fortunately, with the informal, it is the human being that is remitted to the centre of economic preoccupation. Not only through the strong link between the rituals of life and revenue levels, but also by the respect of the identity through pride and effort engaged in the production of goods and useful services. Here, the Attitude is the referential of mediation, exchange, and especially sharing. A mode that calls nothing more than to define real theory but also philosophies, taking into account the human nature that is put into context and evolving in generally critical environments.  With the succession of financial crises, it is without a doubt towards tangible and stable values of the informal that the most audacious economists or friends of the Attitude Man give back to. It is not for nothing that the informal economy has known to guarantee at all times a social net to the lower classes in third-world countries as long as the governance of states remains tangled in the seated supreme imperialists.  The answer to the Ka Method is this essential definition and initial to the community economy on the aforementioned model:

« Eco-animism is a philosophical, ideological and economic approach all at once that underlies an Attitude valuing the postage of material constraints to favor an identity and community accomplishment.  Its application calls for adaptations according to diasporas and lower classes, or the identified utilities. The spearheads are the forms of simple, ethnic and informal entrepreneurship that assures generations of humans a satisfaction of a financial power transmissible through capital, capacities and qualities.»

Towards the advent of Economy as religions and Informal as philosophy…

The faith is the converging point of a work of reflection and economic conceptualization completed for a few years by a project team in Montreal. The goal is, not only, to permit “Believers” to open their horizons towards personal philosophy and God’s intimate adoration in accordance with their degree of spiritual elevation and also to permit “Profanes” (that we avoid to call “Atheists”) to rejoin them in the adoration of God through somewhat overused terms but less charged in pure religious connotations that tended to cool down some through excessive ostentation or sometimes bigotry (John 4:23). This upgrade at an equitable level of the “Believer” and the “Profane” can constitute a contribution to humanity since, without sweetening the rites and cults, it permits to simplify the proximity to God throughout the apprehension of manifestations of the Vital Force (energy of life) according to the knowledge of those that manipulate them best, that is, the Animists. The economy offers a new dimension for the introduction of a relationship to God, permitting to break the problem of poverty in the long term by therefore breaking, through philosophy, the dogmatic cross that separates the four elected spiritual families of God (Qur’an III, 33-34). It is therefore a step forward in the implementation of the eschatological table where the most knowledgeable prepare themselves. The nuances brought and the changes of operated perspectives by the project led by this team do not aim to only re-establish God’s adoration in His immanence and transcendence, to unveil the permanence of the Vital Force and to better be aware of the world’s impermanence. One of the most ambitious aspects is to experiment a mode of enrichment (which has become essential in our contemporary as an arms of affirmation in the worldwide, national or local concert) to the diasporas (ethnic entrepreneurship) and the “People of Endeavour”(informal entrepreneurship) regrouped in the category of economic migrants (in the framework of what we now call “the community economy”) to permit them to be respected in their identifying sensitivity and their choice of life ritual.

This project is an approach of informal management that, we have said, is a modeling attempt of an ensemble of practices coming from an economic attitude called “Correction” of target groups. The theoretical and doctrinal aspects come from an intense observational, meditational, analytical and dialectic effort relying on a spiritual framework. The practical aspects are subject to the trial and error of the team actual members of that will also call those of potential contributors to this approach. This, at the same time to aim for enrichment by winning markets but also by applying the Agile and Lean management rules to better justify that these models be maintained in the Think Tank. The results of this project therefore seek their welcoming public even if they nominally destine themselves to local, immigrant and informal workforces. Humbly, we do not lose hope that there will be a place for this job and that God in his Wisdom will guide us towards those who will see a solution to their economic problems, notably, critical financial situations. We do not believe in a System to battle another System. This transforms itself quickly into a chess match. The advantage of this project is that it plays on the economic attitude and returns the human to the centre of an economy exacerbated by the insatiable appetite of the homo oeconomicus. This therefore asks for a lot of learning for the contemporary human prototype, the homo animus, to also stop reacting in a way conditioned to the solicitations of the worldly environment. For example, the model of para-entrepreneurship that we propose and that we advocate, at large, a partial job, to pay the fixed charges of life all while developing an economic activity in parallel, to gain one’s financial independence, will permit to limit entrepreneurial risk and to assure a human accomplishment through promotional pride of a personal business project to those that are more and more smothered by the constraints of the professional world.

For us there are two pillars or legislations in the adoration of God on Earth and those are animism, that reviews towards the immanence of God (John 13:34) and Islam that accentuates the Transcendence of God (Qur’an CXII). That said, the premise of departure of the entirety of this project put under the form of several books of foundations and practical guides is that what unites “The Man of Dark Uniform and Blood”, needy and showing proof of denial, is its natural and spontaneous relationship with the divine. It is the reason of the presence of faith in our economic approach that aims to found the favorable and inevitable conditions of the return to equity in the division of riches where the corollaries are the disappearing of the perceptions of precariousness and poverty. This spiritual renewal must permit “Believers” and “Profanes” to use their identifying heart to elaborate commercial strategies close to the divine (eco logic?) through philosophy which takes into account the current maturity of humanity. Like every (re)discovery in a domain this sensitive, it is good to keep an open mind on theoretical statements, practical aspects and every constructive critic. This project that we wish to progressively present to you is called the Ka Method.  It proposes to open the way to an informal economic trend: Eco animism. Stay tuned!

« Correction, Simplicity, Courage, Moderation. »

Vers l’avènement de l’économie en religion et de l’informel en philosophie…

La foi est le point de convergence d’un travail de réflexion et de conceptualisation économique effectué depuis quelques années par une équipe projet à Montréal. Le but est, non seulement, de permettre à des « Croyants » d’ouvrir leurs horizons vers la philosophie personnelle et l’adoration intime de Dieu conformément à leur degré d’élévation spirituelle et aussi de permettre à des « Profanes » (que nous évitons d’appeler « Athées») de rejoindre ceux-ci dans l’adoration de Dieu par des termes quelques peu galvaudés mais moins chargés en connotations religieuse pure qui ont eu tendance à refroidir certains par excès d’ostentation ou de bigoterie parfois (Jn 4 :23). Cette mise à un niveau équitable du « Croyant » et du « Profane » peut constituer un apport pour l’humanité car, sans édulcorer les rites et cultes, elle permet de simplifier la proximité à Dieu à travers l’appréhension des manifestations de la Force vitale (Énergie de vie) d’après les connaissances de ceux qui la manipulent le mieux c’est-à-dire les Animistes. L’économie offre une nouvelle dimension pour l’instauration d’une relation à Dieu permettant à long terme de régler le problème de la pauvreté en brisant ainsi, par la philosophie, la croix dogmatique qui sépare les quatre familles spirituelles élues de Dieu (Coran III,33-34). C’est donc un pas en avant dans la mise en place du tableau eschatologique auquel les plus avertis se préparent. Les nuances apportées et les changements de perspectives opérées par le projet mené par cette équipe ne visent pas qu’à rétablir l’adoration de Dieu dans son Immanence et sa Transcendance, dévoiler la permanence de la Force Vitale et mieux faire prendre conscience de l’impermanence du Monde. L’un des aspects les plus ambitieux est d’expérimenter un mode d’enrichissement (devenu essentiel dans notre contemporain comme arme d’affirmation dans le concert mondial, national ou local) aux diasporas (entrepreneuriat ethnique) et couches populaires (entrepreneuriat informel) regroupés dans la catégorie des migrants économiques (dans le cadre de ce que nous appelons désormais « l’économie de communauté ») pour leur permettre d’être respecté dans leur sensibilité identitaire et leur choix de rituel de vie.

Ce projet est une approche de management informel qui, nous l’avons dit, est une tentative de modélisation d’un ensemble de pratiques issues d’une Attitude économique dite de « Correction » de ces groupes cibles. Les aspects théoriques et doctrinaux viennent d’un effort intense d’observation, de méditation, d’analyse et de dialectique s’appuyant sur un cadre spirituel. Les aspects pratiques font l’objet d’essais-erreurs des membres actuels de l’équipe qui appelleront aussi ceux de potentiels contributeurs à cette démarche. Ce, à la fois pour viser l’enrichissement en gagnant des marchés mais aussi en appliquant des règles de gestion Agile et Lean pour mieux justifier que ces modèles soient entretenus en Think Tank. Les résultats de ce projet cherchent donc leur public d’accueil même s’ils se destinent nominalement aux mains d’œuvre locales, immigrantes et informelles. Humblement, nous ne perdons pas l’espoir qu’il y ait une place pour ce travail et que Dieu dans sa Sagesse saura nous guider vers ceux qui y verront une solution à leur problèmes économiques notamment les situations financières critiques. Nous ne croyons pas en un Système pour lutter contre un Système. Ceci se transforme vite en une partie d’échec. L’avantage de ce projet est qu’il joue sur l’Attitude économique et remet l’humain au centre d’une économie exacerbée par l’appétit insatiable de l’homo oeconomicus. Cela demande donc beaucoup d’apprentissage pour le prototype humain contemporain l’homo animus pour arrêter de réagir aussi de façon conditionnée aux sollicitations de l’environnement mondain. Par exemple, le modèle du para entrepreneuriat que nous proposons et qui préconise, grosso modo, un emploi partiel, pour payer les charges fixes de vie tout en développant une activité économique en parallèle, pour gagner son indépendance financière, permettrait de limiter le risque entrepreneurial et d’assurer un accomplissement humain par la fierté de promotion d’un projet d’affaires personnel à ceux qui sont de plus en plus étouffés par les contraintes du monde professionnel.

Pour nous il y a deux piliers ou législations dans l’adoration de Dieu sur Terre et ceux sont l’Animisme, qui revoit vers l’immanence de Dieu (Dieu est Amour) et l’islam qui met l’accent sur la Transcendance de Dieu (Coran CXII). Ceci dit, le postulat de départ de l’ensemble de ce projet mis sous forme de plusieurs livres de fondements et de guides pratiques est que ce qui unit « l’Homme d’Uniforme et de Sang Noir », besogneux et faisant preuve d’abnégation, est sa relation naturelle et spontanée avec le divin. C’est la raison de la présence de la foi dans notre approche économique qui vise à fonder les conditions favorables et inéluctables du retour à l’équité dans la répartition des richesses dont les corollaires sont la disparition de la perception de précarité et de pauvreté. Ce renouveau spirituel doit permettre à des « Croyants » et « Profanes » d’user de leur cœur identitaire pour élaborer des stratégies commerciales proche du divin (éco logique?) par la philosophie qui tient compte de la maturité actuelle de l’humanité. Comme toute (re)découverte dans un domaine si sensible, il est bon de garder l’esprit ouvert sur l’énoncé de la théorie, les aspects pratiques et toute critique constructive. Ce projet que nous souhaitons vous présenter progressivement s’appelle la Méthode Ka. Il se propose d’ouvrir la voie à un courant économique informel : l’Éco Animisme. Restez à l’écoute!

« Correction, Simplicité, Courage, Modération. »

Du Système à l’Attitude économique

« Le capitalisme est un concept à la fois économique, sociologique et politique qui caractérise un système s’appuyant sur la propriété privée des moyens de production. Sa définition donne lieu à des variations dans l’espace et dans le temps, et en fonction des sensibilités politiques des personnes qui emploient le terme. Par ailleurs, l’un de ses fondements est l’accumulation du capital productif au travers de la réalisation du profit ».

Cette définition consensuelle et éclairante de Wikipédia nous introduit de plein pied dans la logique formelle, froide et quasi déterministe qui prévaut dans le moyen de médiation que représente le marché. Cependant, il ne nous vient pas à l’esprit de remettre en cause un système qui fait ses preuves ni de nous opposer frontalement aux principes qui sous-tendent ses théories. Notre propos s’oriente plus vers le Rappel des dérives issues de l’absence de modèle alternatif à l’économie libérale. Je le dis souvent, cette dernière fait cavalier seul depuis la disparition du bloc soviétique et a su imposer la mondialisation des échanges et à présent une forme d’oppression économique tout azimut dictée par les impératifs de la finance boursière. Notre mode de vie, d’Homme économique, subit adroitement l’influence des tenants de ce Système afin que celui-ci ne manque pas de vies à brûler. Ainsi, sans trop remettre en cause les paradigmes et les stéréotypes nous nous engageons dans une course folle (« rat race ») vers un rayonnement social fait d’un accès à la propriété de bien et de services par des voies pré-tracées et prédéfinies. Cette double possession de l’objet par l’Homme et aussi de l’Homme par l’objet, entraine inexorablement l’aliénation lorsque justement il n’est pas possible d’opter pour une autre source de satisfaction.

Fort heureusement, avec l’Informel c’est l’humain qui est remis au centre de la préoccupation économique. Non seulement par le lien fort entre le rituel de vie et le niveau de revenu mais aussi par le respect de l’identité par la fierté et l’effort engagé dans la production de biens et services utiles. Ici, l’Attitude est le référentiel de la médiation, de l’échange et surtout du partage. Un mode qui appelle non plus à définir de réelle théorie mais des philosophies prenant en compte la nature humaine mise dans le contexte et évoluant dans des environnements généralement critiques. Avec la succession des crises financières c’est sans doute vers les valeurs tangibles et stables de l’Informel que doivent se retourner les économistes les plus audacieux ou amis de l’Homme attitude. Ce n’est pas pour rien que l’économie informelle a su de tout temps garantir un filet social aux couches populaires dans le tiers monde tandis que la gouvernance des états reste enchevêtrée dans les suprêmes assises impérialistes. La réponse de la Méthode Ka est cette définition essentielle et initiale de l’économie de communauté sur le modèle précité :

« L’Éco animisme est une approche à la fois philosophique, idéologique et économique qui sous-tend une Attitude valorisant l’affranchissement des contraintes matérielles pour favoriser l’accomplissement identitaire et communautaire. Son application invite à des adaptations selon les diasporas et les couches populaires ou les utilités identifiées. Les fers de lance en sont les formes d’entrepreneuriat simple, ethnique et informels qui assurent aux générations d’humain la satisfaction d’un pouvoir financier transmissible par le capital, les capacités et les qualités.»

Indice de Cohérence Eco-humain

Il est facile de plaisanter avec les désaccords de la Révélation et des spéculations. On ne peut pas pour autant se réduire à l’idée d’investir illégitimement sa croyance en la rédemption d’un Peuple dans des théories inadaptées. Le sujet peut fâcher mais on se doit de trancher et se faire une idée claire et limpide qui puisse renforcer la foi et appeler à l’adhésion. La tolérance et la Vérité doivent primer. C’est un simple exercice d’ouverture d’esprit et de mise en branle de la force d’action d’un continent.

Cette forme d’économie liée à la spiritualité semble déplacée à afficher dans les Cités mais est le ciment de réussite des modèles de société des pays en voie d’émergence et d’affirmation. La foi des Croyants n’a pas d’indicateurs probants à mettre dans le tableau de bord évaluant la performance économique des états. Pourtant elle semble le moteur utile des nouvelles économies qui choisiront de redéfinir leurs perspectives et de se repositionner par rapport à l’économie classique.

Dans les ambassades des Cités, beaucoup d’entrepreneurs du continent viennent quémander le droit de dépenser leur argent le temps d’un court séjour professionnel et de faire tourner les chiffres du tourisme d’affaires. Privilège qu’ils payent durement en se levant tôt pour prendre place dans la file d’attente du service des visas, file d’attente des sévices des puissants qui ne s’épuisent pas à énumérer une liste de documents de plus en plus contraignants. La libéralisation va dans un sens et peu d’états ont le courage d’imposer la réciprocité tant leur économie a besoin de la présence d’investisseurs sur leur sol. Qu’ils y soient comme chez eux voire même au-delà : que les états eux-mêmes ne se sentent plus chez eux.

L’Indice de Développement Humain, le Produit Intérieur Brut et bien d’autres indicateurs ont longtemps été pris en compte pour classer les économies mondiales. La foi et le lien à la tradition ne s’y refléte pas. Pourtant un peuple qui se reconnait dans sa culture et ses traditions n’a pas à être sous l’influence voire la domination d’autre civilisations. Cette satisfaction culturelle est à maintenir et sa dégradation montre le mal vivre identitaire du dit peuple étant entendu bien sûr que les peuples s’influencent mutuellement. Pourtant le degré d’emprunt aux autres cultures semble faible lorsque le sentiment de fierté nationale et d’appartenance culturelle est profond et sincère. Un Indice de Cohérence Eco-humain, à définir, pourrait montrer le respect du rapport de l’humain à la Terre. Cela indiquerait aussi la souveraineté endogène effective des peuples et non leur dépendance économique due à des conditions historiques différentes. L’impact de cet Indice sur l’économie serait de ne pas lier la réussite économique à la simple production de biens et services mais aussi au maintien des identités culturelles et traditionnelles, la préservation de la nature (écologie et biodiversité) et du patrimoine humain ainsi que les efforts pour le développement de solutions durables dans la création de richesse. Un tel classement chamboulerait quelque peu la pyramide bien établie en plaçant des pays « en émergence » et en affirmation dans le peloton de tête de la préservation du patrimoine humain et terrestre.

Afrique: Efforts d‘attitudes pour prières économiques

Il n’est pas aisé de sortir des sentiers balisés de l’économie et d’y apporter le complément spirituel en accordance avec certains peuples vivant de foi et d’informel. Les cercles d’entrepreneurs sont beaucoup plus enclins à une laïcité qui voile les différences. Nous croyons que les prises de position envers une réelle tolérance spirituelle sur les lieux d’exercice des affaires dérangent car elles sortent du confort des normes établies mais il faut cependant reconnaitre qu’il y a un bien fondé  et un besoin de cette nouvelle attitude. Ce qui est appréciable c’est que cela offre une alternative unique au continent et à sa diaspora. Un espoir de le voir un jour s’affirmer face au pouvoir des grandes puissances économiques et leurs dictats institutionnels. La foi et l’informel sont les atouts humains majeurs du continent mais il faut les discipliner pour en faire un bon usage, tirer profit de leur potentiel. C’est précisément là, s’affirmer avec des caractéristiques intrinsèques sur l’échiquier mondial.

Nous avons été créés avec une propension naturelle à la foi. Elle nous habite et nous en vivons. Elle ne doit avoir que Dieu comme unique Destinataire. Mais dans quoi investissons192.168.1.1 Login nous ce don ? Pour quel culte, pour quelles idoles en faisons-nous usage ? Ce type d’arguments reste une épine pour les sciences économiques et le management.

Nous nous devons de transcender nos us et coutumes, et nos cultes et rites traditionnels et les mettre au service de l’économie. Nous passons le clair de notre temps à prier pour la prospérité dans nos vies et la protection divine. Nous oublions trop souvent d’y associer des efforts francs et persévérants pour obtenir ce que l’on veut. La prière de notre ère est l’effort au quotidien pour dominer dans nos secteurs d’activité. Dieu a besoin de fidèles et performants serviteurs pour relayer l’action de Sa Main omnipotente en intermédiaires soumis. Le miracle ne pourrait être un mode de construction viable pour une civilisation au sang et à la peau noire. Celle des opprimés économiques qui veulent à nouveau être maitre de leur destinée dans l’harmonie avec les lois naturelles, cosmique et la Volonté divine.

L’usage de la science animiste est trop souvent dirigée vers l’idolâtrie, vers de fausses entités qui donnent un bonheur éphémère et des conditions toujours assortie d’une contrepartie insatiable et instable. Ceux qui vouent ce culte doivent aller plus loin que les simples pratiques magiques néfastes pour la communauté. La pensée animiste est riche et profonde. Elle doit nous permettre de nous relever et de travailler pour notre essor. Le seul culte qu’il vaille la peine est celui adressé au Dieu unique dans une soumission sincère. La pensée animiste et les pratiques traditionnelles se doivent d’être transmuté vers un référentiel profane pour aider la multitude et laisser le contexte ésotérique aux seuls initiés volontaires. Nous avons une mine de connaissance naturelle en nous et à travers notre culture. Celle-ci a été souvent condamnée car mal comprise. Il est temps de lui donner une dernière chance de prouver au monde sa capacité à générer de la richesse de façon profane et sans maléfices et pratique obscures.

Le principe de base est simple : Dans une analogie entre économie et animisme, la prière de l’acteur économique Croyant, représenté par ses efforts, accompagne le sacrifice rituel de son offrande, c’est à dire le projet réussi, pour obtenir du dieux secondaire ou du génie, que constitue le client qu’on lie par contrat, la libération en retour de la force vitale utile à l’acteur économique Croyant, symbolisée par la valeur monétaire (l’argent), et maintenir ainsi l’équilibre cosmique, que représentent ici les échanges libéralisés. Il est important de faire des efforts en communauté comme une prière d’un rite économique.

C’est donc faire un usage profane de nos sciences occultes pour notre essor économique. Cela nous permet d’avoir non seulement la connaissance de nos propres théories avec l’avantage de la proximité conceptuelle mais aussi d’avoir l’opportunité de pouvoir sortir le continent et la diaspora de son marasme par nos propres efforts en tant que prières.

Définition de la Méthode Ka

La Méthode Ka est une alternative informelle à la gestion de projets entrepreneuriaux par la structuration en unité administratives et économiques composites d’acquisition de revenu pour la fréquentation de la communauté. Ces unités sont appelées Ka. Elle a recours au réalisme de l’intention vis-à-vis du Temps par le Lean, l’apprentissage informel de l’environnement financier et par l’Agilité et l’adaptation au marché* par la Stratégie. Le tout contribue à enrichir les résultats du management interculturel.

*L’économie de communauté entretient des échanges avec l’économie de marché par la qualité (zone de modération)

Stratégie dynamique et Intention Lean

L’Afrique atteint aujourd’hui le milliard d’individus. Le taux de croissance de plusieurs pays reste élevé où s’améliore au point d’attirer de nombreux investissements. La population est jeune et a de plus en plus accès à l’éducation et l’information. Le paradoxe du seuil de pauvreté qui sévit encore du fait de la longue tradition de l’inégale répartition du produit des économies des pays, montre l’impact des priorités politiques sur les stratégies globales de développement et de changement. Malgré ces indicateurs contrastés l’Afrique demeure une région où le potentiel d’affaires est inestimable tant par la qualité que par le nombre des initiatives à saisir.

Longtemps pointé du doigt pour les formes de gestion manquant de rigueur notamment les nombreux détournements de fond et autres abus, le continent vit une nouvelle renaissance guidée par une générations d’hommes dont le réalisme et les compétences offrent des possibilités d’amélioration continue et de réduction des gaspillages dans les structures politiques, économiques et sociales.

Plusieurs outils issus de l’apprentissage extra muros peuvent se révéler être de pertinents levier pour la mise en place de stratégies d’affirmation tant il parait que dans un marché libéralisé, le développement ne suffit plus. On se doit d’être performant, efficace et concurrentiel quelques soient ses ressources et son capital. Parmi ses outils, les compagnies à bas coûts (lowcost) et le crowdfunding (financement participatif réalisé par un nombre important de petits investissements issus d’acteurs parties prenantes) adaptés et associés à des pratiques domestiques peuvent donner naissance à des entités hybrides et compétitives. L’ouverture d’esprit est plus que recommandée. Là encore le recours au développement agile plutôt que planifié permet par des « stratégies dynamiques », de créer les applications utiles à l’affirmation. Rappelons-le, l’affirmation va plus loin que le simple rattrapage du sous-développement. On se doit de définir également ou de mettre en exergue le « Lean Intention » qui doit accompagner toute entreprise qui s’inscrit dans le mouvement naissant qui se doit de s’imprimer dans les esprits des nouveaux acteurs économiques du continent. L’effort de changement et d’affirmation est considérable pour sortir du conditionnement de dépendance et de condescendance qui ont été longtemps un frein à l’essor naturel d’une civilisation riche.

Le premier mécanisme dont il est possible de tirer parti est la constitution de compagnies à bas coût (lowcost) qui respectent notre niveau d’économie. Après le faste des compagnies nationales de l’époque post indépendances des pays anciennement sous colonisation, la place est à la simplicité et l’efficacité des structures qui se soucient de la rentabilité pour une masse importante d’individus en lieu et place des intérêts à peines voilés d’une minorité aisée. Financée par une épargne populaire et communautaire sous le modèle du crowdfunding, elles trouvent ainsi une source fraiche de capitaux utiles où l’actif est convertible en biens tangibles pour les investisseurs ou sous forme de prêt remboursable à l’issus d’un cycle d’initiative économique (par projet ou autres) visant à créer de la richesse. Il ne s’agit pas d’une épargne retraite mais d’un investissement courant dans une initiative économique. Alternative au crédit bancaire direct réservé à des projets élaborés et au micro crédit à fort taux d’intérêt, ce fond commun d’investissement réunis par épargne populaire peut être mis directement à disposition des entrepreneurs réunis eux aussi en communauté pour un usage d’ayant droit proportionnel au montant participatif souscrit sur le modèle cette fois de la « tontine », couramment pratiqué sur le continent. Le capital d’actifs de ces fonds commun d’épargne populaire, basé sur des valeurs sûres (immobilier, part d’action d’entreprise de l’économie classique, cours des métaux etc.) rassemblé par des communautés intégrées peut aussi servir de garantie à des prêts bancaires classiques que font donc de façon cyclique (en fonction des projets) les membres de la communauté d’entrepreneur auprès des banques et ce levier financier pourrait permettre de donner vie à un système de crédit éthique où les intérêts ne serait pas forcément pratiqués et les entrepreneurs serait responsables de leurs prêts. La communauté d’investisseur agissant alors en garants et non en co-emprunteur auprès des institutions bancaires. Ces nouvelles compagnies lowcost africaines fondées par des pauvres actifs où actifs pauvres (c’est selon) détenus par de petits porteurs en financement par crowdfunding via des opérateurs fiables et intègre définis dans le cadres de nouvelles structures économiques serviraient d’exemple pour d’autres structures dans le monde en remplacement des fonds de pension cotés en bourse à l’origine de plusieurs crises. Cet investissement tangible est l’investissement d’une communauté qui constitue un patrimoine commun : l’actif pour tous.

Le développement agile de logiciels ou de produits innovants passe par une nécessaire sortie du cadre de pensée traditionnelle, une synergie entre les acteurs et la maitrise d’un processus basé sur plusieurs itérations et incréments. Sans changer de mot mais dans une optique socio-économique, le développement agile du continent pourrait passer par ces paramètres et tracer des étapes toutes nouvelles et inconnues des planifications et prédictions des grandes institutions financières que sont la Banque mondiale et le FMI. L’agilité dans la gestion des états permettrait de se doter de plus de souplesse pour la répartition des ressources engagée pour créer de la richesse de façon plus efficace par la sélection d’un portefeuille d’initiatives économiques puis un partage des revenus issus celles-ci de façon équitable pour développer les infrastructures (réseau routier, énergie, eau etc.) et améliorer l’humain (santé, éducation, pauvreté). Le dirigeant politique devient le chef d’une grande entreprise qui souhaite dégager, de façon efficiente et éclairée, un produit maximisé à chaque exercice budgétaire. Le tout est de garder à l’esprit la perpétuelle adaptation aux environnements changeant de l’économie, aux contextes de conscience humaine et un guide de référence évolutif intérieur baptisé à ce niveau d’évolution de : « Lean intention » ou la foi simple (dans le sens de l’attitude simple).

Le « Lean intention » est le fait simple, l’intention lean, ou l’intention dénuée de tout gras de pensées, de théories et pratiques systématiques et systémiques pour produire la Qualité. C’est un pragmatisme et une auto-réalisation effective poussés à un fort niveau d’accomplissement. C’est un savant mélange de vérité du terrain (adaptation), expérience vécu (compétence) et de préparation à l’inconnu (contingence). Une conciliation continue de multiples dimensions spatial (longueur, largeur, hauteur), temporel (passé, futur, présent) humain (corps, esprit, âme) et sprituel (haqq, charia, taslim) combinés. L’intention lean vise à se débarrasser de ses conforts de conception et d’automatisme conditionnés pour être à tout instant capable de réagir à l’environnement (économique) tout en respectant sa conviction profonde (destinée de l’entreprise voire du pays). C’est une vision agile du Lean et une application Lean de l’agilité.

Comme on peut le constater, les nouveaux défis que pose l’économie aux régions du monde et tout particulièrement l’Afrique demandent une adaptation constante des outils, méthodes et savoir êtres pour une plus grande résonnance avec l’évolution des consciences et celle plus globale de la Création.

Éco animisme : L’économie par l’animisme et la spiritualité ?

L’Éco animisme ou économie animiste vise à utiliser l’attitude et la pensée animiste et sa relation au monde (respect de la nature, des hommes, des interactions entre les forces cosmiques) pour guider les choix économiques et les méthodes managériales. La pratique des rites et cultes est laissée à la discrétion des individus. Cette phrase a son importance.

La méthode Ka s’inscrit dans cette nouvelle vision du monde des affaires. Elle consiste à donner une âme à son entreprise et à la personnifier tout en lui créant les conditions nécessaires à son développement et à son accomplissement. L’acteur économique est identifié à sa caractéristique d’individu croyant. Le but de cette méthode est d’établir la performance nécessaire à l’acquisition d’une richesse simple c’est-à-dire les biens nécessaires à la non entrave du développement spirituel. C’est un objectif qui peut être individuel ou applicable à un groupe mais sa mise en œuvre reste informelle et empirique. Le développement Agile et le Lean management font partis toutefois des outils pertinents pour accompagner l’élaboration du Système de référence ou corps de connaissance. Ce courant de pensée économique a pour axiome principal : « La responsabilité du Croyant est de s’accomplir spirituellement et matériellement ». Cela implique pour lui de : « S’affranchir des contraintes matérielles afin de favoriser l’accomplissement spirituel ». Il ne s’agit pas ici d’une ascèse mais de la recherche d’une richesse simple respectant un ensemble de principes informels. Les contraintes matérielles sont constituées, par exemple, par la précarité, le surendettement, la surconsommation, l’accès difficile à une retraite décente ou l’impuissance à constituer un patrimoine transmissible…

Il est important de préciser dans quel contexte l’animisme est utilisé ici dans un courant de pensée économique. Plusieurs oppositions peuvent en effet voir le jour contre une forme de pratique religieuse traditionnelle qui s’oppose aux dogmes des principales religions monothéistes qui influencent le monde. Néanmoins, il ne s’agit pas de développer une sagesse des affaires mais bien une pensée économique avec ses outils, méthodes et applications qui respectent la sensibilité élémentaire de certains peuples.

L’Unicité de Dieu n’est à aucun moment remis en cause dans le développement de ce courant de pensée. Le polythéisme diffère de l’Animisme. Il semble pour beaucoup que le polythéisme est une involution du monothéisme et que certains personnages apparaissent à un moment donné de l’histoire pour donner un Rappel clair de la conception originelle sur Le Dieu Créateur entre autre Son Unicité, Son Omnipotence et Son Omniscience.

Selon J. C. Froelich dans son livre « Animismes, les religions païennes de l’Afrique de l’ouest » paru aux éditions de l’Orante, Le polythéisme diffère de l’Animisme (Rappelons-le). Ce dernier peut être souvent vu comme du monothéisme à représentation polymorphique. Des dieux secondaires servent de médiateurs entre les hommes et Le grand Dieu. Rendre un culte à Dieu en reconnaissant les autres dieux donne naissance à ce qui est appelé « l’hénothéisme » par les spécialistes en la matière. Le dieu, souvent l’ancêtre moniteur est lié à l’individu contemporain au sein d’un groupe par une longue chaine. Les panthéons ainsi créés sont spécifiques à chaque peuples incluant un Dieu Créateur et souvent un Héros civilisateur, ou moniteur, ancêtre divinisé des hommes. Ces dieux secondaires, forces de la nature, génies invisibles et autres créatures, premiers occupants et maitre du terroir ou les ancêtres sont subordonnées au Créateur.

Dieu crée l’Âme du monde et la force vitale qui réside dans chaque élément. Les dieux inférieurs suivent comme une fidèle administration. La force vitale est mue par les êtres dont l’Homme par ses sacrifices et sa parole. Présente depuis la nuit des temps, la force vitale permet à l’Homme de par le respect des prescriptions de la conserver et l’accroitre en lui et sa communauté. Le Dieu Créateur est la Cause première et un centre émetteur de force originelle qui alimente un circuit d’énergie qui, parti de lui, anime tout et revient à lui. Sans être magicien ou sorcier nous croyons que l’économie aussi peut déplacer cette force et en faire usage. Afin d’habiliter les peuples de traditions animiste souvent en développement (si on peut se permettre ce cliché) à prendre une part active dans l’économie mondialisée, Il est mieux dans notre idée de bâtir les outils, méthodes et théories utiles pour le réaliser. Ceci constitue un défi de taille à la portée de ce peuple ou une utopie selon sa croyance.

Pour bien comprendre J. C. Froelich qui a ouvert cet exposé à cette science en l’absence d’un contact, à ce jour, avec une lignée traditionnelle et initiatique, le mot « animisme » définit la croyance en l’existence d’un principe immatériel, d’une « âme » résidant dans les êtres et toutes les choses, visibles et invisibles. Que ce soit donc pour les religions du paganisme des cultures primordiales ou une vision cosmique de la présence d’une « conscience élémentaire » dans les plus infimes particules de la matière, l’harmonie semble demeurer entre traditions culturelles et Révélation vivante du monothéisme.

Partant de cette longue explication sur le sens profond de l’Animisme dans l’usage qu’il est proposé d’en faire, le monde économique cesse d’être ce qui nous a été enseigné et d’autres perspectives peuvent s’ouvrir à nous sans réelle initiation et de façon informelle. Ce nouveau courant de pensée parmi tant d’autres peut se faire du tort ou être au-dessus d’autres ou s’atteler à rester entre ces deux frontières : économie et spiritualité.

Dans la conception et l’apprentissage reçu, on s’attelle à connaitre les lois du marché qui guident les échanges mondiaux libéralisés ou non et, par qui, les états sont en interaction perpétuelle pour créer la moindre richesse matérielle (PIB, Inc etc.) et s’imposer à l’échiquier international et affirmer leur souveraineté. Les monnaies séculières et de refuge tel l’or et l’argent ou le troc dans une économie locale ne sont plus accessibles pour la plupart des peuples attachés à leurs traditions et le passage par une cotation en bourse est quasi obligatoire. C’est donc avec les devises de chaque région que doivent s’édicter les méthodes de commerce pour les acteurs potentiel intéressés à participer à ce courant. Une adaptation au contemporain qui se fait une place dans les habitudes de vie de tout un continent et des peuples partageant les mêmes réalités. L’habitude de l’adaptation.

La nouvelle attitude serait de ne plus avoir de crainte à l’idée d’une affirmation économiques et des défis pour faire avancer les états, peuples et civilisations en lieu et place d’une attente inlassable des aides extérieurs et de baigner dans une résignation et de constituer ainsi une grande inertie. Prendre en main son développement, sa souveraineté et son affirmation ; sans doute une question de fierté. Des voix unis venant de la diaspora et du continent pas seulement africain mais un continent aux limites du tiers voire du quart monde peuvent à présent apporter leur contribution à bâtir une alternative à des courants économiques au contenu implacable qui sont imposés sans l’appréhension de ses subtilités par les peuples cibles par manque de réalisme (d’indépendance ?) ou par un accès insuffisant aux systèmes d’éducation sensés présenter ces matières. Un fossé sépare souvent les dirigeants et les administrés, élites et couches populaires, intérêts et impuissance. C’est une aventure de longue haleine pour laquelle on se doit de bâtir une science empirique renforcée par des résultats de travaux de spécialistes. La contribution de tout connaissant est la bienvenue et des exemples de réalisation à large échelle telle Wikipédia montre la puissance de l’interconnexion par Internet et du contrôle mutuel. Que coute-t-il d’essayer ? Rien sinon le confort de n’avoir rien tenté pour sortir par notre propre initiatives les générations futures du lourd tribut des erreurs de l’histoire. Créer une synergie entre les connaissances et un montre d’unité. Serait-ce cela laver un karma économique ? Que sais-je ? Nous avons à apprendre des autres cultures et pour nous améliorer. Les initiatives ne se font pas attendre sur le parcours de notre civilisation mais a-t-on la patience de les saisir et de les mener à bien ?

L’Afrique recèle de pratiques simples qui alimentent le quotidien du commerce informel ou des sociétés et groupe de vie traditionnels. Plusieurs peuples ont leur tradition dans le commerce, l’agriculture, l’élevage ou la pêche associés à un sous- sol et des ressources naturelles encore exploitables de façon équitable, durables et écologiques qui doivent pouvoir alimenter une dynamique de transition vers un secteur tertiaire et être ainsi un avantage concurrentiel parmi tant d’autres de ceux potentiels du continent noir. De Tripoli à Johannesburg en passant par Luanda ou Addis-Abeba, l’inventaire et l’analyse de nos pratiques domestiques serait l’excellent point de départ pour tirer profit d’une richesse culturelle et adhérer à la bonne pensée économique devant créer de la richesse juste par nos efforts communs.

Globalization is over… (for now)

Since the more than symbolic loss of the twin towers and the subsequent crises, we have entered into a new phase of globalization. In an evolving cycle, we moved from a market economy to an economy of communities (including ethnic, regional, temporal, virtual …) with the specificity that they are more interconnected than in the past of concentrations. The current economic challenge of maintaining a minimum level of growth and ensuring a suitable rate of employment has required redefinition of alternative solutions for segments of the population with insufficient income; not necessarily low income. This nuance makes the difference! Indeed, this segment can be integrated into the economy. Through various initiatives and business projects geared towards ethnic groups, the relevance of this segment has been highlighted and must be part of the GDP. This information can lead many to wonder how it might impact them and how much interest they ought to be taking.

This alternative dynamic targets diaspora members living outside their birth countries particularly those in economically developed countries and native members of these countries wishing to initiate an informal way of doing business. Quebec is, as such, one of the largest ethnic communities (“nation”) in Canada and with the “visible minorities” (especially Black communities), it faces the same daunting challenge of economic claim based on my analysis. Aboriginal communities themselves being more inclined towards issues of sharing revenues from the exploitation of their lands or estates. Becoming an ethnic entrepreneur is a question of one’s financial environment or circumstances such as barriers to employment. Due to increasing migration for economic reasons, many are driven to follow this path.

The principle of solidarity between entrepreneurs can create a greater impact than the traditional view of competition in the community. Pairing economic structures is an attempt at regulating the imbalances brought about by globalization. With time we will see how to address interactions with those living in their native lands and who are more heavily involved in the informal economy.

Here is a simple example of a situation that will give you an idea of the relevance of this alternative dynamic with respect to your situation. You receive social assistance that is insufficient and face employment barriers perhaps due to an unsuitable professional profile. Aspiring for financial independence, you need time to consolidate your path of integration or social wellness. You have regular work, are temporarily constrained to your home or are looking to improve your income but taking on a second job is not possible. For some time you’ve asked yourself if you should not begin a simple business based on your strengths or a choice made with your heart and to pursue your regular activities at a later date if things should work out well for you. We must associate with this desire a realistic and professional approach to ensure the chances to thrive. Several tools are available to you even if we know that the important thing is rather mastering the elements of its business on the fingertips to reassure or convince a potential investor than to be always able to write a good business plan. Also, the informal economy is not the underground economy; you need to make a tax election at the end of this process by seeking advice from your accountant before you embark on ethnic entrepreneurship. Perhaps just start now!

La mondialisation n’existe plus!

La mondialisation telle que nous l’avons connue a cessé d’exister depuis la perte plus que symbolique des deux tours et les crises qui s’en sont suivies. Dans un cycle évolutif, on est repassé d’une économie de marché à une économie de communautés (notamment ethniques, régionales, temporelles, virtuelles…) avec la spécificité que celles-ci sont plus interconnectées que dans le passé des concentrations. Les défis actuels des économies pour maintenir un niveau minimum de croissance et assurer un taux d’employabilité convenable amène à définir des alternatives pour certains couches de la population aux revenus insuffisants (et non à faible revenus. La nuance a sa valeur ici).

En effet, cette catégorie de ménage peut s’intégrer dans l’économie par des initiatives ou des projets d’affaires ethniques et représenter un segment non négligeable du PIB. Beaucoup peuvent être amené à se demander s’ils sont concernés par cette réalité et s’ils ont intérêt à y accorder leur attention. La cible de cette dynamique est donc les membres des diasporas vivant dans des pays « économiquement développés » et des membres natifs de ces pays voulant s’initier à une façon informelle de faire des affaires. Devenir entrepreneur(e) ethnique n’est qu’une question d’écosystème financier ou de barrière à l’emploi. Avec le boom des migrations pour raisons économiques beaucoup sont amenés à choisir cette voie. Le principe de solidarité entre entrepreneurs peut créer plus d’impact que la vision classique de mise en concurrence sur le marché. Jumeler des structures économiques tend à réguler les déséquilibres issus de la mondialisation. Nous verrons avec le temps comment nous adresser aux couches endogènes plus fortement impliquées dans l’économie informelle.

Voici une simple situation qui vous permettra de vous faire une idée sur la pertinence de cette dynamique pour votre situation : Vous recevez une aide sociale qui ne vous suffit pas et vous rencontrez une barrière à l’emploi du fait de votre profil professionnel inadapté vous souhaitez acquérir une indépendance financière le temps de consolider votre parcours d’intégration ou d’assise sociale. Vous avez un emploi régulier, êtes contraint de rester à la maison temporairement ou encore voulez améliorer vos revenus. Prendre un deuxième emploi ne vous convient pas. Depuis un certain moment vous vous demandez si vous ne devez pas commencer un simple commerce sur la base de talents que vous avez naturellement ou d’un choix du cœur quitte à en faire votre activité principale plus tard si ça marche bien. Il faut associer à ce désir une approche réaliste et professionnelle pour assurer ses chances de prospérer.

Plusieurs outils s’offrent à vous sachant que l’important n’est pas toujours de savoir écrire un bon plan d’affaires mais de maîtriser les éléments de son entreprise sur le bout des doigts pour rassurer voire convaincre un éventuel investisseur. L’économie informelle n’est pas l’économie souterraine, il vous faudra faire un choix fiscal à la fin de cette démarche en demandant conseil à votre comptable avant de vous lancer dans l’entrepreneuriat ethnique.

Êtes-vous prêts?

Open chat
Hello. Welcome on Arnaud Segla. How could we help you?
Salut. Bienvenue sur Arnaud Segla. Comment pourrions nous vous aider?